Une réflexion sur la puissance du bruit

Après la performance d'Angie Seah au Palais de Tokyo

“La création et la communication sont des domaines bien différents...et on peut se demander si l'un ne souille pas l'autre?” Philippe Delaunay

On n’avait pas remarqué Angie Seah quand elle a commencé sa performance devant l’œuvre d’Henrique Oliveira au Palais de Tokyo, le 28 mars 2015. Elle s’était installée devant un mur blanc, sans bouger, sans faire de bruit.
Soudain, elle a crié. Il a fallu quelques secondes pour réaliser que ce n’était pas l’explosion d’une sirène, ou un tremblement de terre. C’était bien le cri d’un être humain, une vie se déguisant en performance. Un cri d’un son aigu exprimant une émotion indéfinissable. Ensuite, elle a continué à produire des murmures générant d’autres décibels, moins aigues, mais riche en couleurs de vie. Je me suis retouvée submergée par les bruits blancs, dans une soupe de chaos, de désordre, un passage de l’ordre au désordre, une source de créativité. Angie a crée le bruit que l’on tente de maitriser, par peur qu’il n’empêche toute communication de passer. Pourtant le cri, comme le murmure, sont aussi des langages de communication, à un niveau primordial.

Assise par terre, je l’ai laissé me guider dans le voyage de ses riches ondes acoustiques. Elle s’est appropriée l’espace et l’a pollué. Comme le rossignol chante pour délimiter son territoire.
J’ai senti qu’elle a crié pour moi, ainsi que pour les autres qui ne crient pas. Nous, qui avons l’habitude de nous excuser de ne pas crier en subissant les (mal)comprehensions de nos parents, nos freres et soeurs, nos histoires douloureuses, la guerre, la famine, les injustices, les mensonges, les pouvoirs, les névroses des adultes,...
Quelques jours après, pendant notre court déjeuner à côte du bureau ou je travaille à Paris, elle m’a expliqué ce que signifiait, pour elle, le sens du cri. Crier est un geste sacré.

En Indonésie, mes nourrices villageoises m’ont appris à écouter le bruit de la Terre. Elles m’ont appris à écouter les arbres, le vent, les rizières, même les cailloux.
Plus tard, lorsque je vivais à Singapour, j’ai observé chaque année pendant la fête des morts, les processions des moines faisant du bruit. Il me semblait qu’ils construisaient un tunnel pour écouter le bruit venant d’ailleurs, venant des entrailles de la Terre.

Serons-nous capable,aujourd’hui, d’écouter le bruit du monde ?
N’entendons-nous que les moteurs, la musique, le discour des politiciens, les sirènes, le clavier des ordinateurs, les pas ou le murmure du beton ?
Serons-nous capable de faire un lien entre la création et la communication ?
Serons-nous capable d’entendre l’appel au secours du monde ?

Angie Seah au Palais de Tokyo